L’exception

Dans le cadre d’une conférence intitulée “L’Exception”, j’ai rédigé cette réponse à communication. Vous pouvez retrouver le texte de cadrage au bas de cet article. 

La fin des représentations stéréotypées dans les media ?  

Mettre fin à une pratique, c’est être créateur de nouvelles voies de développement, rompre avec les normes établies. Lorsque les normes établies sont appelées règles, alors il s’agit d’y faire exception.

Les questions qui se posent sont les suivantes : quelles sont les règles qui fondent la norme, et comment s’en détacher ? Puisque l’exception est en dehors de la règle, alors toute nouveauté peut-elle être considérée comme exception ? J’essaierai de répondre à cette dernière question en analysant le cas de Netflix, et des nouvelles représentations que la plateforme offre aux minorités raciales aux États-Unis, notamment les Afro-Américains. 

Durant mon propos, j’analyserai l’exception comme un renouveau, quelque chose qui rompt avec l’établi et le canon. Souvent doté d’une connotation positive, le terme exceptionnel définit ce qui échappe aux schémas dominants. C’est peut-être donc le cas de Netflix, plateforme de streaming, qui offre aussi bien des classiques que des programmes originaux, et est l’une des pionnières dans sa catégorie. Pionnière, c’est-à-dire qu’elle se détache du conventionnel pour devenir l’exception. Imitée pour son originalité justement, elle a perdu de son exceptionnalité. Cependant, ses programmes originaux continuent à se démarquer, autant pour leur succès que les thématiques qu’ils abordent. Maladies mentales, harcèlement scolaire, homophobie, elle porte un nouveau regard sur ceux qui en sont victimes, et qui sont souvent des minorités, et leurs offre de nouvelles représentations, renversant la tendance. 

La série sur laquelle je vais me focaliser est “Dear White People,” une série originale Netflix réalisée par Julien Simien, qui, je pense, défie la norme. Lorsque nous nous intéressons à la représentation des Afro-Américains, plusieurs clichés viennent à l’esprit. Le jeune adolescent violent, dont le langage est vulgaire, la mère de famille en surpoids qui s’occupe des enfants du quartier, ou encore la jeune sportive à la carrière prometteuse (Hall, 1997). Ces stéréotypes sont la conséquence directe de la ségrégation et de la discrimination dont ont été victimes les Afro-Américains aux Etats-Unis après leur libération en 1865, et des représentations qui existaient, avant même l’avènement des mass media. Jim Crow, la Mammy, la / le tragic mulatta.o, ces images sont toutes des caricatures utilisées à l’encontre des Afro-Américains. 

Fast forward dans le présent, certaines de ces représentations demeurent. Netflix essaie de casser ces codes de représentations, et d’offrir aux acteurs et actrices afro-américain.e.s de véritables rôles, et également une plateforme pour que cette exceptionnalité devienne la norme. Ils entendent bien servir de modèle dans les représentations des minorités raciales.

Mon propos a pour objectif de démontrer qu’une rupture avec la norme a lieu et que celle-ci arrive après des décennies de représentations stéréotypées. Avec le développement de la plateforme Netflix, je conclurai qu’il y a de l’espoir quant à la fin des représentations stéréotypées car nous assistons à une “rupture de sens et de style dans les créations artistiques, […] porteuse des formes en devenir.” 

Texte de cadrage

L’exception s’envisage communément dans son rapport à la règle, mais ce rapport dialectique présente en réalité une pluralité de problématiques : l’exception devient exclusion lorsqu’elle est pensée comme écart par rapport à des schémas de pensée dominants et échappe aux classifications, au canon et à l’Establishment. Mais l’exception est aussi le terreau de l’impensable, de l’excentrique et du transgressif, annonciatrice de renouveau et de redistribution. Lorsque le substantif se transforme en adjectif, l’exception adopte même une valence positive : être exceptionnel c’est se situer au-delà des normes en vigueur. S’interroger sur l’exception reviendrait alors à s’interroger sur la différence de manière non taxinomique et non comparative. Ce sont donc toutes ces valeurs et implications de la notion d’exception, et d’autres, que nous espérons voir illustrées dans les différents ateliers.

https://congres2019.saesfrance.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.