Les représentations non-stéréotypées des Afro-Américains font-elle exception ?

Mettre fin à une pratique, c’est être créateur de nouvelles voies de développement, rompre avec les normes établies. Lorsque les normes établies sont appelées règles, alors il s’agit d’y faire exception. La pratique en question ici est la représentation des Afro-Américain.e.s au travers de stéréotypes qui persistent depuis des décennies.

Les questions que j’aimerais soulever aujourd’hui sont les suivantes : quelles sont les règles qui fondent la norme, et comment s’en détacher ? Il me semble ici pertinent de rappeler que les règles ne sont pas toujours explicites. Il existe de nombreuses règles implicites qui subsistent uniquement car elles sont ancrées dans la pratique et ne sont plus remises en question. Puisque l’exception est en dehors de la règle, alors toute nouveauté, un tant soit peu novatrice, peut-elle être considérée comme exception ? Je vais essayer de répondre à ces questions en analysant la plateforme de streaming Netflix, et les nouvelles représentations que celle-ci offre aux minorités raciales aux États-Unis, notamment aux Afro-Américains. L’exception sera analysée comme un renouveau, quelque chose qui rompt avec l’établi et le canon. Souvent doté d’une connotation positive, le terme exceptionnel définit ce qui échappe aux schémas dominants. C’est peut-être donc le cas de Netflix, qui offre aussi bien des classiques que des programmes originaux, sur lesquels nous allons nous focaliser, et est l’une des pionnières dans sa catégorie. Pionnière, c’est-à-dire qu’elle s’est détachée du conventionnel pour devenir l’exception. Imitée pour son originalité justement, elle a perdu de son exceptionnalité. Cependant, ses programmes originaux continuent de se démarquer, autant pour leur succès que les thématiques qu’ils abordent. Maladies mentales, harcèlement scolaire, homophobie, elle porte un nouveau regard sur ceux qui en sont victimes, et qui sont souvent des minorités, et leur offre de nouvelles représentations, renversant la tendance. Comme dit précédemment, nous allons nous focaliser sur la représentations d’une minorité raciale ou ethnique, les Afro-Américain.e.s.

Dans un premier temps, nous allons voir comment les Afro-Américain.e.s ont été représenté.e.s dans les mass media avant l’avènement de la plateforme, puis nous verrons comment ils sont représentés aujourd’hui dans la série Dear White People. Avant de conclure, nous essaierons de voir les éventuelles avancées quant aux représentations de différentes identités Afro-Américaines.

I. Les représentations des Afro-Américain.e.s avant Netflix

Lorsque nous nous intéressons à la représentation des Afro-Américain.e.s, plusieurs clichés viennent à l’esprit. Le jeune adolescent violent, dont le langage est vulgaire, la mère de famille sans emploi qui s’occupe des enfants du quartier, ou encore la jeune sportive à la carrière prometteuse (Hall, 1997). Ces stéréotypes, parmi d’autres plus dégradants, sont la conséquence directe de la ségrégation et de la discrimination dont ont été victimes les Afro-Américain.e.s aux États-Unis après leur libération en 1865, et des représentations qui existaient, avant même l’avènement des mass media. Jim Crow, la Mammy, le ou la tragic mulatta.o ; ces images sont toutes des caricatures utilisées à l’encontre des Afro-Américain.e.s, et ce ne sont malheureusement pas les seules. Dès l’avènement d’Hollywood comme industrie cinématographique majeure, les représentations des Noir.e.s sont tournées vers des stéréotypes ayant pour objectif de renforcer l’image déjà présente à l’esprit des blancs. Cette image a varié en fonction des époques, notamment entre la période esclavagiste et la période ségrégationniste. L’homme noir est passé d’un servant loyal et docile — que Frantz Fanon définit comme un “nègre effrayé, tremblant, humilié devant le seigneur blanc” — à un criminel, un prédateur sexuel, un abuseur d’enfants (Reed, 2015). La femme noire, quant à elle, est toujours représentée comme inférieure à la femme blanche. Dans la majeure partie des cas, elle était une femme de ménage ; les rôles de servantes représentaient 80% des rôles dans les années 1920 (Cripps, 1970). Les rôles réservés à la femme noire se sont ensuite diversifiés et ont présenté de nouveaux stéréotypes. Il reste cependant, dans la majorité des cas, une idée de soumission et de dévouement, que ce soit pour la mère de famille ou pour l’employée de maison. À cela se sont ajoutées les représentations de la femme noire en colère, bruyante, ou de la femme “belle pour une noire.” Ce dernier montrant, entre autres, que les femmes noires sont reléguées au second plan.

Ces représentations négatives ont longtemps persisté car les réalisateurs, mais aussi les critiques, pensaient que les blancs iraient uniquement voir des films où les Noirs étaient représentés ainsi, voire pas du tout représentés, ce qui s’est avéré être faux. À la même période, le même public se déplaçait pour voir d’autres formes d’expression artistique, comme le théâtre ou les comédies musicales, jouées par des Noir.e.s. Lorsque l’industrie du cinéma s’est rendue compte que le public allait voir des acteurs et actrices, comédiens et comédiennes, mais aussi musiciens et musiciennes noir.e.s, ils ont renforcés les stéréotypes existants, sans se demander si d’autres rôles auraient le potentiel de fonctionner. Le développement rapide d’Hollywood a alors participé au renforcement de ces stéréotypes. Une autre raison pouvant être citée était le manque de réalisateurs, de producteurs, ou de critiques noirs. Dans ce cercle vicieux continuaient à produire des films dans lesquels les personnages noirs — qui n’étaient pas toujours joués par des Afro-Américain.e.s — étaient rabaissés voire insultés.

II. Les représentations actuelles sur Netflix

Plusieurs décennies plus tard, et après le mouvement pour les droits civiques des années 1960, certaines de ces représentations demeurent. Dans le film Django Unchained, par exemple, sorti au box-office en 2012, on y voit toujours l’esclave noir passif, qui attend d’être libéré par l’homme blanc afin de sauver son épouse. Cette représentation, historiquement contestable qui plus est, perpétue le mythe de l’esclave noir obéissant et loyal à son maitre.

Netflix n’est évidemment pas le premier à offrir des descriptions réalistes de personnages afro-américains, qui ont pu être aperçues dès les années 1940. Cependant, il ne s’agissait que d’exceptions, et même si ces descriptions étaient réalistes, elles ne représentaient qu’un archétype parmi d’autres, ne permettant pas de saisir la multiplicité des identités afro-américaines. En effet, utiliser un acteur noir pour permettre la représentation de toute une race n’est pas suffisant. Il existe une multiplicité de composants qui sont autant d’éléments constitutifs de l’identité, et qui créent, en se combinant des possibilités infinies d’identités individuelles. Le genre pour commencer, mais aussi l’origine géographique et sociale, la statut économique, l’identité sexuelle… tous ces facteurs se doivent d’être représentés à l’écran et l’utilisation d’un unique archétype n’est pas suffisant. De plus, la question de race est difficilement détachable de celle de genre.

Netflix essaie de renverser la tendance et d’offrir aux acteurs et actrices afro-américain.e.s de véritables rôles, et également une plateforme pour que cette exceptionnalité devienne la norme.

La série sur laquelle je vais me focaliser est « Dear White People », une série originale Netflix réalisée par Julien Simien. Cette série a été adaptée du film éponyme, diffusé en 2014. Ce film était seulement le deuxième film dont le thème est la vie étudiante d’Afro-Américain.e.s, après School Daze, réalisé par Spike Lee en 1988 (Beck, 2014). La série met en avant différents personnages afro-américains, ce qui permet de dévoiler un éventail d’identités individuelles. Sans tirer de conclusions trop hâtives sur la disparition des archétypes, je vais essayer de présenter les personnages principaux dans la série.

Samantha White est le personnage central de la série. Elle est la présentatrice de l’émission de radio Dear White People. Elle est biraciale et a du mal à trouver sa place à Winchester. Militante et activiste en faveur d’une meilleure justice raciale, et présidente de la BSU (Black Students Union) elle est pourtant engagée dans une relation amoureuse avec un étudiant blanc, Gabe, alors qu’un étudiant noir, Reggie, est amoureux d’elle, ce qui ne cessera de faire polémique.

Troy Fairbanks est le fils du doyen de l’université. Il est à la tête du groupe CORE (Coalition Of Racial Equality). Son activisme ne parait pas suffisant aux étudiants plus radicaux et est fortement critiqué pour être toujours diplomate et quelque peu éloigné de la réalité, car il est le fils du doyen. Il se présente pour être Student Body President face à trois étudiants blancs, dont une étudiante, et demande le soutien de Samantha, car il sait que beaucoup d’étudiant.e.s noir.e.s la suivront.

Colandrea (Coco) Conners est une étudiante noire qui se différencie de Samantha par son mode de vie. Malgré son activisme, elle veut vivre la vie d’une blanche. Elle porte des perruques malgré la douleur des tresses, a des amies blanches, cache sa relation avec Troy, et refuse d’adhérer à la propagande blacker than thou de Samantha.

Reggie Green est le meilleur ami de Samantha, et est aussi amoureux d’elle. Il la soutient dans tout ce qu’elle fait et la défend toujours, sauf lorsqu’il apprend qu’elle a une relation avec Gabe. Il est victime des stéréotypes associés aux hommes noirs. Il est perçu par certains étudiants comme quelqu’un de violent, et essuie des remarques qui en témoignent : « what are you gonna do ? Hit me ? ».  Malgré ces perceptions, c’est lui qui fini avec une arme pointée sur lui par la police, victime des mêmes stéréotypes de la part de la police.

Joelle Brooks est la meilleure amie de Samantha, et son plus grand soutien à l’université. Cependant, elle ne comprend pas que Samantha ait une relation avec un étudiant blanc, ce qu’elle perçoit comme hypocrite, notamment par rapport à Reggie, de qui elle est secrètement amoureuse.

Lionel Higgins est le reporter d’un des journaux de l’université. Il est également homosexuel, ce qui rend sa quête d’identité encore plus difficile. Il est même encouragé à trouver un label, afin de pouvoir appartenir à un groupe. Ce personnage montre particulièrement bien les différentes facettes de l’identité, et comment elles se combinent.

Avant de rentrer dans une quelconque interprétation, j’aimerai souligner que même si la question de race et surtout d’activisme est centrale, la série s’attache à créer de véritables intrigues pour chaque personnage, comme le ferait n’importe quelle série où les protagonistes sont blancs. Il s’agit d’offrir aux téléspectateurs une série sur l’université classique, mais dont les protagonistes sont Afro-Américains. Aussi basique que cela puisse paraitre, le manque de représentation primaire d’une ethnie entière a des répercussions psychologiques sur les jeunes Afro-Américain.e.s. Comme l’a souligné Don Lemon dans une interview, la représentation dans les media permet de montrer aux jeunes afro-américains, par exemple et entre autres choses, les parcours universitaires et professionnels qui leur sont ouverts.

III. Les améliorations apportées à la représentation des Afro-Américain.e.s

Il me semble qu’en présentant une telle variété de personnages noirs américains —sachant qu’il ne s’agit ici que des personnages centraux, la série s’attache à se distancier des stéréotypes négatifs et stigmatisants. Comme j’ai essayé de le montrer, au travers de cette présentation des personnages centraux, chacun d’entre eux représente différentes facettes et caractéristiques. Sans psychanalyser ces personnages, nous pouvons simplement dire que les représentations que la série offre sont variées. On pourrait cependant émettre une critique. Ces personnages, même s’ils sont variés, peuvent êtres apparentés à des archétypes, c’est à dire des représentants de diverses catégories. Lionel, par exemple, est censé représenter tous les hommes noirs homosexuels, ce qui évidemment ne peut pas être vrai en pratique. Néanmoins, cela offre aux hommes noirs homosexuels une certaine visibilité, détachée des stéréotypes négatifs qui peuvent y être associés. Les archétypes ont ainsi pour objectif de produire des significations plus accessibles, avec chaque personnage représentant un type. Cela permet de faire « saisir simplement une période, son organisation sociale, sa diversité » (Deroide, 2012).  Il y a évidemment des inconvénients à ces archétypes, mais il faut aussi reconnaitre qu’il est difficilement envisageable de représenter toutes les identités dans une série.

La question du casting est évidemment primordiale ici. Il s’agit d’acteurs et d’actrices afro-américain.e.s qui jouent des rôles d’afro-américains. Ce qui semble évident aujourd’hui, mais qui ne l’était pas quelques décennies en arrière, lorsque des blancs jouaient des rôles de personnages noirs en se maquillant le visage et exagérant leurs traits. Pratique majoritairement dénoncée aujourd’hui, le blackface a connu des années de gloire. Au delà du casting, il est important de noter que le réalisateur Julien Simien est également afro-américain. Il est accompagné d’autres directeurs et directrices et d’auteur.e.s appartenant à diverses ethnies.

Finalement, une thématique, ou du moins une approche qui me parait importante à mentionner, est la transmédialité. Netflix est certes une plateforme de streaming en ligne, mais l’entreprise possède également des pages Facebook, Instagram ou encore Twitter. Ce moyen de communication, qui parle à un public relativement jeune — mais ne s’en contente pas — permet de mettre en avant ou de partager des sujets que Netflix juge importants. Par exemple, la plateforme possède un compte Instagram appelé Strong Black Lead sur lequel elle partage les séries qui mettent en avant des acteurs et actrices afro-américain.e.s, les récompenses qu’ils, elles ou les séries gagnent et autre promotion liée à la représentation des Afro-Américain.e.s. L’importance d’une telle représentation est confirmée par de nombreux chercheurs et chercheuses (David Buckingham ou Anette Hoffman entre autres), notamment en lien avec la construction de l’identité durant l’adolescence. Des représentations négatives influenceront négativement l’image que les Afro-Américain.e.s ont d’eux- et d’elles-même, ainsi que l’image qu’ils ont de leur race en général.

J’espère avoir réussi à démontrer qu’avec l’avènement de nouvelles plateformes, mais aussi de la transmédialité, il se produit une rupture relative avec la norme, ou en tout cas une évolution de ces schémas récurrents de représentations stéréotypées et négatives, voire dégradantes. Cette rupture arrive après des décennies de représentations stéréotypées dont l’origine a surement été l’avènement d’Hollywood à une époque où la ségrégation était encore en vigueur. Avec le développement de la plateforme Netflix, entres autres, il y a de l’espoir quant à la fin de ces représentations car nous assistons à une “rupture de sens et de style dans les créations artistiques, […] porteuse des formes en devenir.” Cependant, certaines critiques dénoncent le fait que la série n’aille pas assez loin, et qu’en s’attachant à dénoncer ces stéréotypes, elle ne présente pas de nouvelle identité, mais reste plutôt dans des archétypes (Kim, 2016). La connotation reste tout du moins différente entre les stéréotypes négatifs voire dégradants et des archétypes qui, certes catégorisent des personnes, mais avec de meilleures intentions et une volonté de dévoiler un éventail d’identités.

Bibliographie

BECK Bernard, The Class of 2014 Considers Race in Dear White People, Northwestern University

BUCKINGHAM, David, Youth, Identity, and Digital Media, Cambridge, MA, MIT Press, c2008.

CRIPPS, Thomas R., « The myth of the Southern Box Office. A factor in Racial Stereotyping in American Movies, 1920-1940 » The Black Experience in America, Edited by James C. Curtis and Lewis L. Gould, January 1970

DEROIDE, Ioanis, « Les séries historiques entre la fiction et le réel : quand les scénaristes rivalisent avec les historiens », TV/Series [Online], 1 | 2012. URL : http://tvseries.revues.org/1038.

HALL, Stuart, « The Spectacle of the Other » in Representation: cultural representations and signifying practices, 1997 https://seminar580.files.wordpress.com/2015/04/hall-the-spectacle-of-the-other-pdf.pdf

HOFFMAN, Anette, Representation Matters : (Re)articulating Collective Identities in a Postcolonal World. Amsterdam, BRILL, 2010.

KIM Somy, « Modulating Blackness in Dear White People », Boston University  https://www.berghahnjournals.com/view/journals/transfers/6/1/trans060113.xml

REED Ishmael, Black Hollywood unchained : commentary on the state of Black Hollywood, Chicago : Third World Press, 2015

L’exception

Dans le cadre d’une conférence intitulée “L’Exception”, j’ai rédigé cette réponse à communication. Vous pouvez retrouver le texte de cadrage au bas de cet article. 

La fin des représentations stéréotypées dans les media ?  

Mettre fin à une pratique, c’est être créateur de nouvelles voies de développement, rompre avec les normes établies. Lorsque les normes établies sont appelées règles, alors il s’agit d’y faire exception.

Les questions qui se posent sont les suivantes : quelles sont les règles qui fondent la norme, et comment s’en détacher ? Puisque l’exception est en dehors de la règle, alors toute nouveauté peut-elle être considérée comme exception ? J’essaierai de répondre à cette dernière question en analysant le cas de Netflix, et des nouvelles représentations que la plateforme offre aux minorités raciales aux États-Unis, notamment les Afro-Américains. 

Durant mon propos, j’analyserai l’exception comme un renouveau, quelque chose qui rompt avec l’établi et le canon. Souvent doté d’une connotation positive, le terme exceptionnel définit ce qui échappe aux schémas dominants. C’est peut-être donc le cas de Netflix, plateforme de streaming, qui offre aussi bien des classiques que des programmes originaux, et est l’une des pionnières dans sa catégorie. Pionnière, c’est-à-dire qu’elle se détache du conventionnel pour devenir l’exception. Imitée pour son originalité justement, elle a perdu de son exceptionnalité. Cependant, ses programmes originaux continuent à se démarquer, autant pour leur succès que les thématiques qu’ils abordent. Maladies mentales, harcèlement scolaire, homophobie, elle porte un nouveau regard sur ceux qui en sont victimes, et qui sont souvent des minorités, et leurs offre de nouvelles représentations, renversant la tendance. 

La série sur laquelle je vais me focaliser est “Dear White People,” une série originale Netflix réalisée par Julien Simien, qui, je pense, défie la norme. Lorsque nous nous intéressons à la représentation des Afro-Américains, plusieurs clichés viennent à l’esprit. Le jeune adolescent violent, dont le langage est vulgaire, la mère de famille en surpoids qui s’occupe des enfants du quartier, ou encore la jeune sportive à la carrière prometteuse (Hall, 1997). Ces stéréotypes sont la conséquence directe de la ségrégation et de la discrimination dont ont été victimes les Afro-Américains aux Etats-Unis après leur libération en 1865, et des représentations qui existaient, avant même l’avènement des mass media. Jim Crow, la Mammy, la / le tragic mulatta.o, ces images sont toutes des caricatures utilisées à l’encontre des Afro-Américains. 

Fast forward dans le présent, certaines de ces représentations demeurent. Netflix essaie de casser ces codes de représentations, et d’offrir aux acteurs et actrices afro-américain.e.s de véritables rôles, et également une plateforme pour que cette exceptionnalité devienne la norme. Ils entendent bien servir de modèle dans les représentations des minorités raciales.

Mon propos a pour objectif de démontrer qu’une rupture avec la norme a lieu et que celle-ci arrive après des décennies de représentations stéréotypées. Avec le développement de la plateforme Netflix, je conclurai qu’il y a de l’espoir quant à la fin des représentations stéréotypées car nous assistons à une “rupture de sens et de style dans les créations artistiques, […] porteuse des formes en devenir.” 

Texte de cadrage

L’exception s’envisage communément dans son rapport à la règle, mais ce rapport dialectique présente en réalité une pluralité de problématiques : l’exception devient exclusion lorsqu’elle est pensée comme écart par rapport à des schémas de pensée dominants et échappe aux classifications, au canon et à l’Establishment. Mais l’exception est aussi le terreau de l’impensable, de l’excentrique et du transgressif, annonciatrice de renouveau et de redistribution. Lorsque le substantif se transforme en adjectif, l’exception adopte même une valence positive : être exceptionnel c’est se situer au-delà des normes en vigueur. S’interroger sur l’exception reviendrait alors à s’interroger sur la différence de manière non taxinomique et non comparative. Ce sont donc toutes ces valeurs et implications de la notion d’exception, et d’autres, que nous espérons voir illustrées dans les différents ateliers.

https://congres2019.saesfrance.org/

Représentations de l’identité afro-américaine

Il s’agira dans ce carnet de recherche d’analyser le positionnement des media par rapport à l’identité noire, dans l’histoire des États-Unis puis dans un contexte plus contemporain, notamment au travers de la plate-forme de diffusion Netflix. L’ethnicité noire sus-mentionnée sera ensuite définie, puis l’histoire de l’identité noire aux États-Unis, construite en opposition à l’identité blanche, sera retracée. D’abord en proposant un historique de la question d’ethnicité et de la différence créée par la couleur de la peau. Ensuite, en portant notre attention sur la question d’identité chez les jeunes adultes, plus particulièrement chez les étudiants et étudiantes noir.e.s, et comment cette identité se construit.